Le marché du travail se porte bien et les entreprises commencent donc à avoir des difficultés à garder leurs employés. Elles devraient s’inspirer des équipes belges de football professionnel, qui sont confrontées à un fort taux de renouvellement de leurs meilleurs joueurs depuis des années.

Le marché du travail belge est en plein essor, le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis près de six ans. Le nombre de chômeurs connait également une baisse ininterrompue depuis un an. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les employés, qui, d’après l’Indice de Confiance de l’Emploi de PageGroup, voient le marché du travail d’un œil beaucoup plus positif qu’à la même période l’an dernier : 57% d’entre eux estiment que le marché du travail se porte très bien, ce qui représente une augmentation de 20% par rapport à juillet 2016.

Perspectives de carrière

Il existe cependant un revers à la médaille pour les employeurs. Ils auront en effet plus de difficultés à garder les meilleurs éléments dans leur équipe. Les derniers résultats de l’Indice de Confiance de l’Emploi montrent que plus de 70% des employés aimeraient changer d’emploi en raison de motivations financières ou professionnelles. En effet, ils n’entrevoient pas de perspectives de carrière chez leur employeur actuel (19%), souhaitent développer de nouvelles compétences (38%) ou veulent un salaire plus élevé (13%).

Évaluer les options

Les employés évaluent les options à leur disposition lorsqu’ils voient qu’il existe de nouvelles possibilités sur le marché du travail, ce n’est pas nouveau. Cependant, si le taux de renouvellement du personnel est trop élevé, les entreprises sont confrontées à un grave problème. En particulier parce que ce sont généralement les employés les plus qualifiés et expérimentés qui s’en vont.

Que devraient faire les employeurs pour garder suffisamment d’employés dans leur équipe ? Les employeurs pourraient peut-être s’inspirer de leurs clubs de football préférés. Il existe très peu de secteurs dans lesquelles il est plus difficile de garder ses meilleurs employés (ses meilleurs joueurs dans ce cas-ci) que le football professionnel. Comment relèvent-ils ce défi ?

1. Chercher des diamants bruts

Les petites équipes de football ne peuvent pas se permettre d’acheter des grandes vedettes, elles doivent donc signer des joueurs qui pourraient un jour devenir des vedettes. À moins que votre entreprise ne soit le Real Madrid ou le Manchester United de votre secteur, vous êtes probablement confronté au même défi.

Pour cette raison, Location Labs, une entreprise qui crée des logiciels de sécurité mobile, a décidé d’adopter la même approche que les petits clubs tels que RSC Anderlecht, Ajax ou FC Porto : elle cherche les diamants bruts. « Nous préférons largement embaucher une personne qui semble progresser de manière solide et qui gagne en compétence au fil du temps », explique leur Chief Operating Officer sur Business Insider. « Leur niveau de compétence est peut-être plus faible aujourd’hui, mais leur potentiel les fera décoller. » Et cette approche paie : le taux de rétention de l’entreprise atteint 95%.

2. Investir massivement dans la formation

L’équipe nationale belge de football se classe à la 10e place mondiale. Ce n’est pas pour rien : les clubs de football belges ont fortement investi dans la formation des jeunes talents. Les meilleurs employeurs procèdent de la même manière.

« Il ne suffit plus de proposer un poste et un salaire intéressants », raconte Ilze Lammers, Talent Director pour l’Europe du nord et l’Allemagne chez PageGroup. « La nouvelle génération souhaite également savoir ce qu’un employeur peut offrir en matière de développement personnel et professionnel. Nous proposons toutes sortes de programmes d’accompagnement et de formation pour les aider à développer leur carrière. Plus de 90 % de nos managers et membres du Conseil d’administration ont été recruté en interne. »

3. Estimer les employés plus âgés

Une équipe sportive talentueuse ne peut prospérer que si elle se compose aussi bien de jeunes joueurs que d’autres plus âgés. Il en va de même pour les entreprises. Selon UNIZO, l’union belge des entrepreneurs, les PME belges ont commencé à s’apercevoir des avantages que représentent les employés plus âgés. Ils sont non seulement plus susceptibles de rester dans l’entreprise (parce qu’ils ont déjà une carrière derrière eux), mais ils peuvent également jouer un rôle de mentor pour les nouveaux talents naissants. Selon UNIZO, l’union belge des entrepreneurs, les entreprises ont engagé 34 690 personnes de plus que l’année précédente.